Inspirations & bons conseils, Non classé, Société

La pollution intérieure, dites non !

Aujourd’hui, nous passons en moyenne 80% de notre temps dans des espaces clos (domicile, bureau, école, etc.), où la qualité de l’air serait 5 à 10 fois plus polluée qu’à l’extérieur.

Ces espaces sont pour la plupart pollués par des COV (Composés Organiques Volatils), substances chimiques irritantes, allergisantes, voire cancérigènes, émises la plupart du temps par des produits que nous utilisons tous les jours, et qui représentent un réel  danger pour la santé. Une prise de conscience s’impose !

 

Les matériaux nocifs, un danger pour la santé

Vous êtes-vous déjà posé la question : mes meubles sont-ils un risque pour ma santé, au même titre que la peinture qui recouvre les murs, ou que mes produits d’entretien ?

Et bien, il est grand temps de vous la poser… Oui, vos meubles peuvent être néfastes pour votre santé, en raison des produits chimiques utilisés lors de leur fabrication.

 

Les  COV, ou Composés Organiques Volatils, c’est quoi ?

Les COV regroupent une multitude de substances d’origine biogénique (naturelle) ou anthropique (humaine), et se caractérisent par leur grande volatilité : ils se répandent aisément dans l’atmosphère des espaces clos. Les plus répandus sont le butane, le propane, l’éthanol, l’acétone, le formaldéhyde, et les solvants.

En modifiant la composition chimique de l’air ambiant, ils sont sources de pollution et peuvent donc nuire à votre santé.

 

Le formaldéhyde, une substance nocive souvent ignorée !

Concentrons-nous sur le formaldéhyde, l’un des COV le plus toxique et déclaré cancérigène par l’Organisation Mondiale de la Santé. Le formaldéhyde, aussi connu sous le nom de formol, est une molécule qui provient des rejets gazeux retrouvés dans les objets de la vie quotidienne. C’est un gaz irritant et allergisant, et dans certains cas cancérigène.N’étant pas interdit, on le retrouve dans des produits de la vie quotidienne, comme vos meubles ! Il faut donc être vigilant lors de vos achats déco. Le bois n’est pas toujours une matière noble ! En effet, certains dérivés de bois —  comme les bois agglomérés, placages ou assemblages — ont une forte teneur en formaldéhyde issue des résines, colles ou peintures utilisées lors de leur fabrication.

Par exemple les meubles à bas prix, provenant la plupart de l’étranger, contiennent de nombreuses  substances chimiques. Parfois sur un bateau pendant plusieurs semaines, les meubles peuvent être exposés à l’humidité et aux hautes températures. Une fois déballés et installés chez vous, ils vont dégager une quantité importante de formaldéhyde.

Les risques de la pollution intérieure

La pollution intérieure est liée à l’exposition de certains produits chimiques pouvant avoir un impact direct sur la santé et sur l’environnement.

Mais où se trouvent les COV et comment les éviter ?

Maintenant que nous en savons plus sur les risques de l’exposition aux COV sur la santé, il faut savoir comment s’en protéger.

Nous possédons tous une table à manger ou un meuble quelconque que nous utilisons pour X raisons. Mais savons-vous vraiment de quoi est fait ce meuble ? S’il contient des éléments nocifs voire toxiques pour notre santé et pour l’environnement ?

Les meubles à bas prix : plus abordable, l’offre est certes alléchante au premier regard, mais restez sur vos gardes car qui dit “abordable” peut aussi dire COV et donc risque de bois toxique ! Les panneaux de bois reconstitués, en bois aggloméré ou contreplaqué, sont fabriqués avec des sciures ou déchets de scieries, liés par de la colle, aux finitions en laque ou solvants, nocifs pour votre santé ! Préférez donc les meubles au bois ayant subi le moins de transformation.

L’étiquette COV

Depuis janvier 2012, une étiquette est imposée sur tous les produits afin d’informer les consommateurs sur la composition chimique et le niveau d’émission de COV contenus dans les produits tels que matériaux, colles, peintures, résines, produits d’entretiens, etc.

Pour nous guider dans l’achat de produits les moins polluants et nocifs, une échelle de A+ (émissions très faibles) à C (émissions fortes) indique le niveau d’émissions dégagées par le produit et donc le risque de pollution intérieure.

Source : http://www.vedura.fr/guide/ecolabel/etiquette-cov

 

Comment se protéger ? 

  • Éviter les meubles à bas prix émettant du formaldéhyde
  • Aérer régulièrement la / les pièces où se trouve le nouveau meuble
  • Éviter de laisser des personnes sensibles comme les enfants ou personnes âgées dans une pièce fermée avec le meuble pouvant émettre du formaldéhyde
  • Bien s’informer auprès du vendeur des constituants du produit ou du meuble, et regarder l’étiquette COV
  • Bien s’informer auprès de l’artisan pour vos meubles sur-mesure en demandant le PV (listes des matériaux utilisés)
  • Éviter certaines peintures, vernis potentiellement émetteurs de COV, mais aussi certains traitements insecticides subis par le bois
  • Miser sur les huiles dures naturelles (à base d’huile de lin, de dérivés oléagineux et de cire végétale), la peinture à la chaux ou à la caséine
  • Choisir un meuble fabriqué à partir de panneaux de classe E1, garantis d’une teneur en formaldéhyde moindre
  • Déballer les meubles, jeter les cartons d’emballage et laisser les meubles quelques jours dehors (balcon…) avant de les installer dans la pièce
  • Privilégier les meubles en bois massif surtout pour les lits de bébé

Retrouvez plus de conseils sur le site de l’Asef

Une prise de conscience éco-responsable et de santé qui s’amplifie

La pollution intérieure est un sujet encore trop peu abordé, notamment par les producteurs et distributeurs qui continuent la production/vente de meubles en masse fabriqués avec des matériaux peu cher. Utiliser des bois avec une forte concentration de COV et de produits chimiques a des répercussions directes sur la planète et la santé de ses habitants.

Néanmoins, poussées par la prise de conscience éco-responsable des consommateurs ces dernières années, suivis par les entreprises, des initiatives tentent de pallier ce problème : normes, labels et certifications, positionnement responsable d’acteurs du mobilier (La Camif…), politique d’achat responsable en entreprises, alternatives éco-responsables avec le retour à l’artisanat, aux matières moins traitées (voire plus nobles pour les plus gros budgets), au fabriqué local, etc.

 

Une bonne nouvelle pour nos intérieurs et notre santé !